dimanche 8 août 2010

Avion détourné


Le titre de mon blogue n'aurait jamais pu être aussi vrai. Le ciel de la Côte-Nord a connu une série de détours improvisés. J'en ai même provoqué un. C'est fou comment des émotions peuvent transformer son homme. Certains croient que je suis toujours calme et souriant. Dire que je le suis souvent est plus exact. Tout dépend des événements.

Le programme de la journée était pourtant très simple et bien planifié depuis un mois. Le 5 août à 8 heures du matin, je devais partir avec Laure et ma charmante jeune fille pour l'Ile d'Anticosti. Le tout devait se faire en avion. Nous sommes arrivés à l'aéroport à l'heure prévue. Un léger brouillard flottait sur la mer. Mais rien de catastrophique. Il a quand même été convenu de retourner à la maison, à 5 minutes de là, en attendant qu'un avion soit prêt à nous amener.

À 14h00, le ciel était cependant très clair. Un autre problème venait compliquer les plans. Un avion de la compagnie Aeropro était tombé en juin dernier. Il avait fait 6 morts sur la Côte-Nord. Peu de temps avant, la même compagnie avait aussi fait des victimes. Les anomalies s'étaient succédées si bien que Aeropro a été frappé d'un interdit de vol, ce qui devait nous affecter indirectement.

Ma fille, pourtant très brave, n'a pas aimé ces histoires que je lui racontais. Et l'incident allait avoir un effet sur nous. L'avion que nous devions prendre avait dû être mise à contribution, semble-t-il, pour compenser les vols annulés. Il s'en est suivi une série de détours improvisés qui ont eu pour effet de nous garder au sol plus longtemps que prévu. J'ai fait de bons efforts pour garder mon calme. Ça n'allait pas durer. Mais j'étais encore très philosophe lorsque l'avion s'est présenté. J'ai pris la photo que voici. Mais le pilote m'a demandé de faire vite pour la photo car une nuage de brouillard risquait de venir brouiller les cartes.



Je me demandais si, une fois dans les airs, la peur pourrait m'envahir. Jamais je n'aurais eu l'occasion d'avoir peur. Le décor était trop féérique. Il dépassait tout ce que j'avais pu imaginer tellement c'était beau.


Voir Havre-Saint-Pierre du haut des airs, le teminal de la mine à droite, l'hôpital, la Marina, et plus loin l'Ile du Havre, c'était tout simplement trippant. Et au loin, on distinguait déjà l'Ile d'Anticosti.

Cliquez pour agrandir


Voir les iles de l'Archipel de Mingan du haut des airs, ça dépassait tout ce que j'aurais pu imaginer comme excitation. J'ai cru que j'étais rendu au Paradis. J'étais tellement bien que je me disais que si l'avion plongeait dans la mer, je ne pourrais avoir de plus belle mort. Je ne pourrais m'empêcher de mourir le sourire aux lèvres.


Mais, j'étais loin de me douter des émotions qui m'attendaient... Les détours imprévisibles.

À suivre...

3 commentaires:

Éléonore a dit…

oula trop cruel ! tu nous coupes le "nanan" en pleine action ! lol

Je vais donc revenir plus tard lol

shaton a dit…

Ça a l'air tout beau, en effet !
Mais tes histoires ne me rassurent pas, j'ai la phobie des avions en vol... C'est pour ça que je ne viens pas si souvent au Québec, région du monde que j'adore pourtant.

Jackss a dit…

Bonjour Éléonore,

je sais, c'est cruel. Mais le récit vaut un peu de suspense. Chaque fois que j'écris sur la Côte-Nord, je pense à toi. Et j'en ai long à écrire.

Ce coir, je vais écouter notre copine Gaële à Natashquan. Elle sera à l'école de Natashquan avec Toutes les filles pour deux soirs.

@Shaton,

Il n'y a pas à s'inquiéter. Moi aussi j'ai parfois des phobies de l'avion. Mais pas avec les petits. Le paysage est trop beau. La compagnie qui a eu un interdit de vol était une toute petite compagnie qui avait des problèmes d'entretien. On demandait aux techniciens de réparer les problèmes détectés, mais de ne pas les noter dans le rapport.

Tu pourras avoir plus d'informations sur Aeropro.

Les gros transporteurs transatlantiques sont très fiables. Je devrais les utiliser en 2011 pour aller en Europe. Nous irons probablement visiter les parentes de Gaële en Haute-Savoie.