vendredi 3 septembre 2010

Anticosti: la déconfiture

Je ne comprendrai jamais pourquoi nous, québécois, sommes si peu attachés à notre patrimoine dont nous devrions pourtant être si fiers. L'Ile d'Anticosti nous en donne plusieurs démonstrations. J'ai lu aussi avec tristesse comment certains de nos compatriotes avaient publié des études pour dénigrer l'oeuvre de Menier.

On a reproché à Henri Menier d'avoir trop dilapidé d'argent sur son ile et d'avoir chambardé le milieu en y introduisant des espèces animales qui ont eu des effets néfastes sur l'environnement. Le vrai scandale, ce n'est pas l'argent que Menier a investi. C'est plutôt la désinvolture la plus totale avec laquelle nous avons détruit l'héritage incroyable qu'il nous avait laissé. L'Ile pourrait aoujourd'hui être un site prospère où il fait bon vivre comme nulle part à cent milles à la ronde.


Menier, chocolatier miliardaire, avait fait bâtir un château qui pourrait être un hôtel 5 étoiles attirant des touristes très payants et des gens ordinaires amoureux de la nature. Rappelons-nous que Menier avait fait construire une magnifique villa, inaugurée en 1905. Elle comportait 9 chambres à coucher avec salle de bain dans chacune dont 2 en marbre. Il y avait aussi 2 chambres pour les domestiques, une infirmerie, une bibliothèque, un hall d'entrée avec 18 têtes de cerfs empaillés.

Voici ce qu'il en reste aujourd'hui.
Château Menier Anticosti (ruines)
Photo 15 août 2010

Extrait d'un témoignage fort éloquent: Mon nom est André Duval, fils de Rosaire Duval, employé à la compagnie forestière Consolidated Bathurst, de 1950 à 1956, sur l'île d'Anticosti. Mon père a été témoin impuissant, tout comme plusieurs employés de la compagnie qui ont connu l'époque glorieuse des Menier, de la disparition de ce bien culturel, le matin du 3 octobre 1953.

Le gérant de l'île à l'époque, Frank Wilcox, ordonna à quelques travailleurs de prendre des dispositions afin de contrôler un risque d'incendie sur les terres avoisinantes du "château" Menier, ainsi désigné par les insulaires. Frank Wilcox lui-même et son assistant, M.Charlie McCormick, que mon père a bien connu , répandirent de l'essence sur les planchers de cette somptueuse résidence laissée à l'abandon.
Cliquez pour Texte intégral.

La Consolidated Bathurst la fit brûler sous prétexte que leur mission n'était pas d'entretenir des bâtiments anciens.

Menier avait mis en place tout un infrastructure dont un chemin de fer
Menier avait développé une localité moderne avec une église, un hôpital, des fermes productives.

Il n'y a plus rien de tout ça: plua de chemin de fer, plus d'hôpital, plus de médecin, plus de ferme, plus de chevaux. Il n'y a même plus de curé!

Cette nature sauvage de l'ile, elle avait maintenu ses droits en érigeant une barricade naturelle tout autour de l'Ile.

On trouve encore plusieurs épaves autour de l'ile.

Menier avait grandement amélioré la situation en faisant construire des phares qui constituaient de véritables oeuvres d'art. Le phare de la pointe sud ouest était considéré comme le 2è plus beau au Canada et un de celui qui avait une plus grande portée.

En 1961, le gouvernement fit dynamiter le phare sous prétexte que son entretien aurait coûté trop cher. On réserva le même sort à un autre phare dont la beauté était également à faire rêver les plus grands poètes. On prétexta un incendie accidentèle provoqué par une explosion. On se préparait à faire sauter un 3è phare. Mais, cette fois, il a eu une forte mobilisation populaire. Le voici:



Derrière ce phare, il y a un drôle de criard qui permettait de s'orienter en cas de brouillard. J'ai été bien amusé de voir sur la plaque qu'il avait été construit à Sherbrooke (ma ville de résidence!) par Jenckes Machines Co qui devint la légendaire Ingersoll Rand.

Cette acierie géante comptait 800 employés à Sherbrooke en 1981. Elle a fermé définitivement ses porte en 1998.

En arrière plan, vous avez ma fille Véro qui s'intéresse aux sons puisqu'elle est orthophoniste. Et comme par hasard, elle vient de produire aujourd'hui un livre, Difficultés de lecture et d'écriture, en collaboration avec des collègues. Voilà pour la petite pub que j'ai voulu discrète.

J'ai pensé qu'on devrait mettre ce genre de bidules partout sur l'Ile avec un mécanisme qui déclenche la sirène quand une machine de forage s'approche trop proche de lui.

On peut voir ici un phare conçu par Menier. C'est un des deux phares alignés. Ces phares permettaient aux navires de mieux se situer par rapport à l'Ile. Il fallait les aligner pour aller dans la bonne direction.


Hellene Thyra Seilliere
En résumé,
après la mort de Menier, on a tout détruit. Et sa compagne, Hellene Thyra Seillière, se vit même privée des biens que Menier lui avait laissés en faisant d'elle sa légataire. Gaston Menier, le frère d'Henri Menier devait, selon le testament racheter la part de la dame. L'héritière ne reçut qu'une infime partie du montant que Gaston Menier aurait dû lui laisser, comme en témoigne le récit que l'on peut lire en cliquant sur la photo de la dame. Il avait nettement sous-évaluer la valeur de la compangie puisqu'il a vendu l'Ile d'Anticosti 6 millions de dollars à la papetière Consolidated Bathurst.

Pour plus détails: http://pone.lateb.pagesperso-orange.fr/thyra.htm

La saga se termina devant les tribunaux. Comme il peut arriver, les juges sont parfois injustes, si bien que dame Sellière ne put obtenir justice.

Ainsi va la vie... Je trouve toujours triste de voir détruire ce qu'un être héroique prend toute une vie à batir. Pire encore, quoi de plus désolant qu'une famille qui se déchire pour les restes souvents bien humbles laissés par testament d'un parent à ses proches?

Ce que l'on observe à la dimension familiale, on le retrouve aussi au sein de toute une société. Notre testatment à tous, celui de notre civilisation, c'est notre culture, notre patrimoine, nos valeurs. Il a fallu plusieurs siècles pour bâtir ce qui nous a été donné à notre naissance.

Sur une plus grande échelle, dans la partie la plus riche de la vallée du Saint-Laurent, une menace très sérieuse nous menace et il sera difficile d'arrêter la folie dévastatrice. Rappelons-nous que plusieurs membres influents du parti libéral en sont les principaux partenaires.

Selon une experte du Bureau d'Audience de l'Environnement, il est impossible de faire une rapport sérieux sur les risques de l'exploitation du gaz de schiste. Le projet présenté par le Gouvernement est trop vague pour qu'on puisse l'analyser. Les risques observés aux États-Unis font cependant l'objet de rapports accablants: eaux souterraines contaminés, gaspillage d'eau potable, troupeaux de bête malades et mortalité anormale. Pourtant les projets de forage avancent à une vitesse folle et des millions ont déjà été investis.

Cliquez

7 commentaires:

Zoreilles a dit…

Merci pour cette histoire, si vraie, si représentative de ce que nous sommes, un peuple trop souvent inconscient de ses richesses et de son patrimoine. Ça tend à changer mais pas au rythme où nous le voudrions, quelques-uns d'entre nous...

Le hasard, ce concept qui t'est cher, fait bien les choses, c'est connu. Comme je te le disais l'autre jour, j'ai été faire une razzia dans les magazines de ma tabagie préférée pour me procurer le Clin d'oeil de ce mois-ci où des femmes extraordinaires proches de toi illuminent des pages.

J'ai acheté aussi d'autre magazines, dont « Découvertes » qui présente à la une des reportages qui m'ont attirée : « Les 10 plus belles plages du Québec » et « Îles de beauté, de la Corse à Anticosti » et quelques autres titres très intéressants. Dans le dossier des îles de beauté, ce reportage que tu aimerais lire : « Anticosti : île de la démesure » où l'on croirait que tu as participé, tant on y reconnaît des photos et des propos qui pourraient t'appartenir.

Est-ce que ça peut nous consoler? En tout cas, ceux qui ont dit que l'île d'Anticosti n'offrait pas de potentiel touristique se sont royalement mis un doigt dans l'oeil et jusqu'au coude.

P.S.: Félicitations à Véro et ses collègues pour cette collaboration et le partage de leur expertise au service des enfants qui surmonteront des difficultés, apprendront mieux à lire et à écrire. C'est important.

Jackss a dit…

Bonjour Zoreilles

Oui, le hasard est un concept qui m'est cher. Ce qui me passionne davantage, c'est la synchronicité. C'est fou comment un événement qui aurait pu ne jamais se produire influence tellement tout un univers qui, sans lui, n'aurait jamais existé.

Tu en es un exemple vivant. Je t'ai croisé la première fois, par hasard. Je t'ai retrouvée par hasard. C'est ainsi que mon blogue a pris naissance.

Et c'est par hasard que je me suis retrouvé depuis presque 2 ans tout près de tes racines acadiennes. J'adore le coin. Je veux tout savoir, tout connaître.

J'aurais encore des pages et des pages à écrire sur Anticosti. Les thèmes bourdonnent dans ma tête. Mais, je devrai bientôt explorer d'autres horizons.

Nous irons bientôt rendre visite à une amie à Fermont. Il n'y a pas de route carossable pour s'y rendre. Et l'endroit se trouve à des centaines de kilomètres plus au nord.

Je sens qu'il y aura beaucoup de photos à prendre surtout si l'avion ne s'écrase pas. On dirait que c'est devenu comme une habitude cet été sur la Côte-Nord. Prendre l'avion, ça nourrrit donc l'esprit d'aventures.

Avant de conclure sur Anticosti, il me faudra cependant relater comment mon départ de l'Ile n'est pas passé inaperçu.

Jackss a dit…

Zoreilles, tu as piqué ma curiosité

J'ai acheté aussi d'autre magazines, dont « Découvertes » qui présente à la une des reportages qui m'ont attirée : « Les 10 plus belles plages du Québec » et « Îles de beauté, de la Corse à Anticosti » et quelques autres titres très intéressants.

J'ai fait le tour des kiosques à journeaux du coin. Découvertes ne semble pas se rendre jusqu'ici. Zut! L'éloignement a ses inconvénients. Je vais essayer de la faire réserver par mes connaissances où elle paraît.

Air fou a dit…

Excellent billet, Jackss.

Et là qu'il y a du pétrole dans l'air, pourquoi ne pas tester l'inflammabilité de l'ile au complet?

(Ça éviterait de creuse le puits si ça explose suffisamment profond.)

Moi, j'ai le feu quand je regarde tout ça, toute cette destruction, notamment celle de ce magnifique château.

Merci.

Zed

Jackss a dit…

Bonjour Air fou

On a tous pas mal l'air fou ces jours-ci. C'est incroyable de voir comment on se fait avoir. Toute la destruction, les trahisons, les ventes secrètes à l'entreprise privée, il y a de quoi pleurer!

Si au moins, on pouvait profiter des retombées. Même pas. Hydro-Québec est une Société d'État dont nous sommes tous propriétaires. Les droits de prospection ont été cédés à l'entreprise privée par l'es PDG D'Hydro-Québec, André cahier. Comme par hasard, c'est lui qui se retrouve maintenant à la tête des compagnies privées de prospection et d'exploitation.

Tout se fait sans débat, dans le silence le plus total.
Pire encore, en parler, dénoncer de nos jours, c'est à coup sûr l'occasion se faire traiter de chiâleux, de rétrogrades.

Et si je peux me permettre une confidence, je viens moi-même d'attuer les propos de ce commentaire. Il y a des jours où j'ai le goût de baisser les bras, laisser faire et ne plus rien dire. J'ai tellement l'impression de me battre contre des moulins à vent.

Zoreilles a dit…

Là, c'est toi qui piques ma curiosité... Le magazine Découvertes n'est peut-être pas distribué partout? Je suis allée voir la « signature » du magazine...

« Magazine Découvertes est une production indépendante, publiée au Québec et distribuée partout au Canada. Toute correspondance doit être adressée au : 2, rue de l'Usine, Baie-Saint-Paul Qc G3Z 1Y1 » On donne les numéros de téléphone, fax et courriel : info@decouvertesmag.com

Et si tu ne trouves pas le magazine dans les rayons, ce n'est pas surprenant maintenant qu'on sait que c'est une production indépendante, tu pourras aller sur leur site :

www.decouvertesmag.com

Je viens d'y aller voir et j'ai trouvé un bon résumé de l'article sur l'île d'Anticosti (sans les photos) et quelques autres.

Je n'ai jamais pu trouver le nombre de parutions annuelles de ce magazine.

Jackss a dit…

Merci Zoreilles,

Il est possible que la revue soit en retard. Aucun journal n'est livré ici à Havre-Saint-Pierre à la date prévue. Le Journal Le Soleil de Québec, par exemple, nous arrive avec 2 ou 3 jours de retard. Je vais retourner voir pour Découvertes.

En attendant, j'ai pu y voir le reportage sur les iles. J'ai trouvé bien intéressant de voir la comparaison entre la Corse et l'Ile d'Anticosti qui ont la même dimension.

Certains événements faits méritent des nuances. Ce que l'on raconte par exemple sur monsieur Gamache s'éloigne un peu de la légende. J'ai quelques photos de sa tombe. Elle était peut-être dans le journal.

Dans un endroit si reculé, les légendes et les fait cocasses abondent. Je songeais vaguement à en parler un peu avant de terminer mon récit de voyage sur l'Ile d'Anticosti.

Il faut dire aussi que le forfait de 2 jours offert par la Sepaq ne devrait plus exister. À ce moment-ci de l'année, aucun touriste n'est admis. On prépare les installations pour les chasseurs. Ce serait trop dangeureux de laisser les touristes dans la nature.