vendredi 2 octobre 2009

L'impact Magenta, partie 2

Mais vous n'allez pas nous laisser comme ça, en plein suspense. Que s'est-il donc passé au Jean Coutu? La suite, please!
Une femme libre
J'ai été sensible au souhait d'une femme libre: ne pas laisser le billet sur un terrible suspense. Je m'empresse donc de corriger la situation: vous livrer la suite du billet précédent. Il faut le lire, naturellement. On ne lit jamais un roman policier en commençant par la fin.



Après plusieurs heures de route en territoire isolé, parsemé d'embûches (chemins en construction), une enseigne de Pharmacie attire mon attention. Ne faisant ni un ni deux, je donne un coup de roues et me retrouve dans le stationnement de Jean Coutu. Et voilà! J'y étais.

J'étais heureux. Le soleil était couché, la pharmacie était ouverte. J'allais donc pouvoir me procurer les produits Brillex à l'enseigne de Magenta et profiter du spécial 2 pour 1. Une aubaine! Et deux étiquettes de collection Magenta en prime.

Au moment de fermer le contact du moteur, je vois une borne fontaine. Je la regarde. Je plisse les paupières. Je la dévisage. Je réfléchis. Il faudrait que je sois bien malchanceux pour avoir une contravention: j'en ai pour une minute.

Finalement, je décide de ne pas prendre de chances. Un coup d'oeil rapide dans le rétroviseur, et pfviouK! je mets le véhicule en marche arrière pour me positionner entre deux autos. C'est à ce moment que j'ai entendu Bang! suivi d'un cri de Laure. Mon Dieu! Pas vrai? Torbinouche!

Je n'avais vraiment pas le goût ni d'un constat à l'amiable ni d'un appel à la police.

En un instant, j'ai eu le temps de calculer qu'un accident coûtait plus cher qu'une contravention et encore plus cher qu'un contenant de Brillex dont l'étiquette avait été dessinée par Magenta. Le choc avait tout de même été assez brutal. Tout un impact! L'impact de Magenta, j'en ai pris toute la mesure.

Il me restait à aller vérifier les dégats. J'ouvre la porte et qu'est-ce que je vois?

Cliquer sur le lien suivant pour écouter Le secret du bonheur (Sacha Distel)
NB. Il faut patienter un peu avant que la mélodie commence.

Toi tu m'écris c'est effrayant
Je n'ai vraiment, vraiment pas de chance
J'ai eu un accident à la veille des vacances
Et me voilà cloué au lit
Alors que toi et tous les autres
Vous êtes entrain de vous baigner sur la côte
Mais c'est tant mieux, tant mieux, tant mieux
Parce que tu sais ici ça fait deux jours qu'il pleut

Il faut savoir garder, garder toujours sa bonne humeur
Garder sa bonne humeur, garder sa bonne humeur
Il faut savoir garder, garder toujours sa bonne humeur
C'est ça, c'est ça le secret du bonheur

Ceci nous prouve qu'aujourd'hui
Les gens ne savent plus rêver
Et ne voit de la vie que son mauvais côté
Alors que moi tout au contraire
Dès qu'il m'arrive un embêtement
Je m'écris aussitôt le cњur content
Mais c'est tant mieux ,tant mieux, tant mieux
Quand tout va bien la vie au fond c'est ennuyeux
À suivre... Partie 3!

10 commentaires:

Michel a dit…

Je lu ton billet ce matin à l'aube, avant l'ajout du "Secret du Bonheur", avec l'avantage du décalage horaire.
J'ai franchement bien ri, et bien ri....
très bon ça le matin.
J'ai pas ri pour les faits, somme toute bien désabréables, mais pour ta philosophie et ta narration.
Aussi cette manière subtile et malicieuse d'amener le sujet et de capter l'attention du lecteur.
Comme dans un polar qu'on lit d'une traite en général...
Faudra encore patienter, et c'est pas plus mal. Le suspens...
Et je pense à MAGENTA, j'espère qu'elle en rit aussi...
En tout cas je ne m'attendais pas du tout à une histoire de cet ordre.
Sacré Jacks, merci.

Jackss a dit…

Bon dimanche, Michel

Si j'avais eu le droit de faire tirer des contenants de Brillex pour les commentaires les plus sympathiques, j'aurais certainement mis ton nom dans le chapeau.

Matinal en plus sur mon blogue! Je suis touché.

Magenta a dit…

Franchement savoureux!

Oui Michel j'ai ri mais un peu jaune je dois l'avouer...

J'espère une fin bien heureuse car je ne voudrais pas avoir laissé une mauvaise égratignure sur la vie de Jackss... Je l'imagine difficilement à regarder la tôle froissée de sa carlingue sur roues en pensant à la maudite Magenta qu'il aura rencontré au hasard d'un blogue...

J'ose plutôt croire à un dénouement qui fera en sorte que le chiffonnage de la robe de sa rutilante le fera encore sourire!!!

...Je suis captivée par cette histoire!!!

Une femme libre a dit…

De plus en plus passionnant. J'attends la finale avec impatience!

Nanou La Terre a dit…

Nanou aussi...

delphinium a dit…

Je n'aurai qu'un mot ce soir: "Torbinouche".

:-)))))))
on dit pas des trucs pareils chez nous. :-)))))

Jackss a dit…

Tu m'a bien fair rire, Delphinium

Voilà un nouveau mot pour tes envolées littéraires. Je suis sûr que ça ne passera pas inaperçu.

Gelisa a dit…

J'aime bien ...
J'attends la suite avec impatience...

Zoreilles a dit…

Oulala... Pas drôle pour toi et pour Laure mais j'ai ri quand même. Me pardonnes-tu? Je cours lire le dénouement.

ahmedhany a dit…

Je vous remercie donc sur ce blog et l'histoire de belles et expressives