mercredi 21 octobre 2009

le mépris

Le hasard, c'est le thème de mon blogue. Comme vous l'avez vu dans l'en-tête, j'ai l'impression que ma vie n'a été que succession de hasards. Il ne se passe presque pas une journée sans que ce soit le cas. Aujourd'hui n'a pas fait exception.

Je me préparais à publier la finale de ma visite aux Comptonales que nous avions faite à l'invitation de nos amis qui avaient accepté de nous héberger. Le hasard avait fait que nus trouvions pas de place pour coucher. Ils nous ont dépannés et ceci a donné lieu à la visite des Comptonales de Compton.

Voici une photo de nous en compagnie de ces gens charmants.


Avant de donner suite à la finalisation du billet en question, j'ai trouvé ce mot sympathique dans ma boite électronique. Il me venait de Caracol, la fille des amis en question.

Salut les amis!

Le temps est venu d'aller voter pour la chanson populaire de l'année au gala de l'ADISQ! Je suis en nomination dans cette catégorie avec ma chanson "Le Mépris" !!!

La compétition est féroce alors j'ai besoin de vos votes! En plus, vous courez la chance de gagner 5000$ en prix... Vous avez jusqu'au 26 octobre pour le faire.

Voici le lien pour voter, un gros merci d'avance!
http://adisq.radio-canada.ca/fr/chanson-populaire-de-lannee/vote

J'vous aime tous
CAROLE XX


Le 5 juillet 2008, Laure et moi, nous avons été demandés pour participer à une séance de photographie pour l'Album L'Arbre aux parfums de Caracol.


Elle se trouve actuellement sur le feuillet de du CD. Cette photo mémorable représente une mariée seule. Au grand damn de tous, le marié ne s'est pas présenté. Laure et moi, nous représentions les parents du marié qui ne s'est pas présenté. Nous préférons éviter tout regard pour ne pas être foudroyés. Ceci nous a valu une invitation pour participer au tournage du vidéoclip pour illustrer la chanson Le Mépris. Vous reconnaîtrez les parents de Carole qui nous ont accompagnés à Compton et qui se trouve sur la photo et le vidéoclip auquel nous avons participé. Nous sommme donc enchanté de savoir que le disque en question est en nomination.

Le tournage du vidéoclip fut une aventure incroyable. Laure et moi, avons été figurants, mais il faut avoir l'oeil rapide pour nous aperçevoir. Nous sommes, entre autre, dans la scène à la sortie de l'église à la fin. Je suis le petit monsieur à gauche qui se fait sermoner par José Facal (le père de Carole) qui représente le père du marié.

Enfin, voici le vidéoclip: Le Mépris

11 commentaires:

Freda a dit…

C'est fait.

Je suis allée voter pour "Le mépris" comme chanson de l'année.

J'aime beaucoup ce que fait Caracol de toute façon.

Comme ça a dû être intéressant de participer au tournage du vidéoclip.

Continuez de nous raconter vos belles histoires que vous avez le tour de rendre intéressantes.

Jackss a dit…

Bonjour Freda,

Le tournage du vidéoclip a duré 10 heures. Le temps était magnifique et l'ambiance extraordinaire. Une journée de rêves.

Chaque fois que j'entends la mélodie, je ressens une joie intérieure unique. C'est fou, mais j'avais des émotions semblables à celles que j'ai éprouvé le jour de mon mariage. On a l'impression de se retrouver dans un univers surréaliste.

Ceci favorise la richesse des échanges. On vit un trip! À la fin de la journée, on a peine à croire que ce ne fut que l'expérience d'un jour.

Carole Facal, la soeur de Joseph Facal, est très sympathique, enjouée. Je n'ai pas de talent de chanteur. Mais je chante tout le temps.

Pendant que je prenais une collation, à côté de Carole, j'ai oublié qu'il y avait de la compagnie. Je me suis mis à chanter. Puis Carole a enchaîné. Alors, je me suis confondu en excuses pour ma façon de chanter. Elle m'a rassuré. Depuis ce temps, je répète à tout le monde que Caracol a reconnu mon talent. :-)

Même si je ne suis pas totalement objectif, je trouve qu'elle a un talent fou. J'adore ce qu'elle fait. Ce n'est pas le produit d'une machine. Ses succès, elle les doit surtout à son talent, sa passion, sa détermination.

Zoreilles a dit…

J'ai essayé d'aller voter pour « Le mépris » de Caracol et même après avoir bien rempli le formulaire, avec numéro de téléphone, adresse et tout, j'ignore pourquoi mais je n'ai pas réussi à faire accepter mon vote.

Je voulais simplement te dire que j'avais essayé très fort.

C'est peut-être que mon adresse courriel est une adresse d'entreprise?

Jackss a dit…

Zoreilles,

J'ai eu la même aventure que toi. Ni moi ni Laure n'avons réussi à recevoir un message confirmant que nos votes avaient été enregistrés.

Il faut dire que le site est situé à Montréal et que, dans cette ville, il se passe bien des choses louches.

Quoiqu'il en soit, je vais envoyer un mot sur le champs à Carole (Caracol) pour m'enquérir de la situation et demander une enquête à TVA ou JE s'il le faut. Je vais joindre une copie de ton message à Carole pour illustrer le sérieux de la situation.

Faut jamais baisser les bras.

Zoreilles a dit…

Nous vaincrons!

Lise a dit…

@Jacks

...le site est situé à Montréal et que, dans cette ville, il se passe bien des choses louches...

Tu viens de faire ma journée!

:-))))

Jackss a dit…

Tu viens de faire la mienne, Lise!

Gelisa a dit…

Je ne conaissait pas Caracol, c'est très bien ce qu'elle fait et j'ai voté. Si ça peut l'
aider à décoller.....

J'ai eu aussi l'impressions que ça ne fonctionnait pas, mais j'ai vu une toute petite phrase dans un coin qui disait que mon vote a bien été enregistré

Probablement que vos votes ont passés.

Gelisa

Jackss a dit…

bravo Gelisa,

Tu as le sens de l'observation bien développé. Je suis épaté. Et merci pour le vote en faveur de Caracol. Ce n'est pas facile de percer dans ce métier. Même quand le talent est plus grand que nature.

@Zoreilles,
Même si Cacacol (Carole Facal) est venu visiter le blogue et lire les commentaires, je me suis permis de lui envoyer un copier-coller de ton message.

Voici ce qu'elle m'a retourné par Courriel:

(...)merci pour tous ces efforts!
Au sujet du vote, j'ai moi-même éprouvé quelques pépins et me suis finalement rendu compte que c'était parce que j'avais mis un espace entre les 2 moitiés du code postal, alors qu'il fallait écrire le tout d'un seul bloc.

Ensuite, la confirmation du vote apparaît, mais elle est tout en haut de l'écran il faut donc "remonter" pour la voir...

Merci mille fois et bonne journée!
xx Carole


Sincères remerciements à tous ceux qui ont voté pour elle. J'aime son talent, sa simplicité et son attachement à tous ceux qu'elle croise. Tout comme son frère, Joseph Facal, elle a beaucoup de profondeur, de sagesse et d'humanité.

delphinium a dit…

c'est marrant, deux mots réunis dans ce post. Le hasard et le mépris.

Le hasard: je suis arrivée sur votre blog par hasard et on peut dire que le hasard fait bien les choses. Il y a plusieurs évènements dans ma vie qui m'ont fait penser que le hasard fait bien les choses, des jours où j'allais mal et hop, paf, je rencontre quelqu'un qui me dit quelque chose de gentil, une amie ou un ami perdu de longue date et rencontré au détour d'une rue.

Tenez, il y a de cela quelques mois, c'était en juillet, Delphinium n'allait pas très bien... vous savez pourquoi. J'étais en train d'errer dans une grande surface pour acheter quelque chose à manger et soudain, une dame d'une cinquantaine d'année vient vers moi pour me donner des échantillons pour une après-shampoing. Elle me fait sa diatribe commerciale, je l'écoute d'une oreille et ensuite je lui demande bêtement: "ah, alors c'est pour les cheveux?". Alors qu'elle m'avait dit que c'était un après-shampoing, preuve que j'étais un peu à l'ouest. Elle éclate de rire. Je lui réponds que je m'excuse, que je ne suis pas très en forme et fatiguée. Et on a commencé à discuter simplement. Je ne la connaissais pas du tout. Elle m'a dit que j'avais de beaux yeux, que j'avais l'air en forme et décidée dans ce magasin et que cela lui faisait plaisir malgré ce que je lui avais dit sur mon état de fatigue. Un peu interloquée, car je ne me sentais pas du tout en forme, j'ai continué la conversation. Elle m'a dit ensuite que j'étais sympathique et m'a conseillé de faire des massages pour la relaxation. Et la conversation s'est terminée ainsi, entre le rayon dentifrice et rayon shampoing. Comme quoi, le hasard a fait que cette journée-là, je me suis dit que je pouvais encore attirer la sympathie des autres...


Quant au mépris, cela me fait penser au film de jean-luc godard. Ce film m'avait beaucoup touchée il y a quelques années. La musique aussi. Et puis un jour, en passant près d'un monument historique de la ville dans laquelle j'habite, j'ai vu cette inscription, certainement écrite pendant la nuit, à la-va-vite, pour ne pas se faire prendre:
"le mépris est silencieux". Et là j'ai bien réfléchi et je me suis dit que c'était tout à fait ce que jean-luc godard avait montré dans son film, un film lent, qui montre justement la lente décadence d'un couple qui n'a plus rien à se dire. J'espère un jour ne pas en arriver à ce point-là, à devoir mépriser des gens. Mais il est vrai que si on méprise quelqu'un, il vaut mieux le garder pour soi et ne pas le crier sur les toits.

Tout cela pour dire que je suis toujours heureuse de venir ici où le hasard m'a portée un jour et que j'apprécie toujours vos posts.
Pour l'instant, je vais prendre quelques jours de repos et qui sait, rencontrer d'autres gens par hasard. Je vous embrasse.

P.S. je regarderai le clip plus tard. Mais je vous ai reconnu sur la photo. :-)

Jackss a dit…

Delphinium,

Il y a le hasard et une forme plus subtile de se retrouver quelque part dans nos pensées: la télépahtie.

Il n'est pas toujours évident de faire la différence entre le hasard à l'état pur et une pensée qui vient de nulle part.

Sans vouloir jouer à l'extra-terrestre descendu sur terre avec des pouvoirs spéciaux, dieu m'en garde, j'avoue que tu avais traversé mes pensées peu avant que je prenne connaissance de ton commentaire.

Je te rejoins beaucoup sur ta réflexion sur ce sentiment détestable qu'est le mépris.

Petite anecdote du tournage. Les acteurs qui s'enlaçent et s'embrassent ne se connaissaient pas avant de tourner la scène. On a dû la reprendre plusieurs fois. Quand le producteur a dit que la prise de vue était parfaite, le comédien a dit: Non, pas déjà!