dimanche 16 mars 2014

Anticosti légendes et faits cocasses

 Donnez un cheval à celui qui dit la vérité. Il en aura besoin pour s'enfuir. En ces jours de campagne électorale au Québec, ce proverbe arabe prend tout son sens.

Suite du billet précédent

Les pétrolières ont eu au moins un avantage: susciter un débat sur l'Ile d'Anticosti.
On en parle beaucoup et c'est tant mieux. Je suis à préparer une page toute neuve sur l'Ile d'Anticosti. J'ai le goût d'y mettre tout le soin qu'il faut vu l'intérêt que la question soulève. Et il y a tellement de détails fascinants.

En attendant, j'ai voulu vous laisser une billet que j'avais déjà préparé en septembre 2010.

Anticosti 6 août 2010

En bout de piste, ce qu'il y a de plus merveilleux, c'est simplement d'être sur Anticosti. D'avoir la paix. De s'abreuver de ces panoramas divins en toute liberté. D'explorer l'histoire de l'île à travers ses phares, sa multitude de petits cimetières, ses épaves et ses maisons abandonnées, toutes hantées par l'esprit omniprésent du sorcier.(Le Devoir)




La Corse
On y fait une comparaison intéressante entre la Corse et l'Ile d'Anticosti. Les deux iles ont sensiblement la même dimension. On a même prétendu qu'il y avait eu des pirates sur l'ile d'Anticosti. Peut-être des corsaires, qui sait! Mais l'ile de Corse est mille fois plus peuplée, avec 250 000 habitants. 260 pour Anticosti.

Imaginez une ile d'une telle dimension si peu habitée. C'était un lieu de prédilection pour s'y cacher.

Il semble que des pirates de des bandits de grand chemin pouvaient s'y réfugier. Ce fut le cas, à plusieurs reprises. Mais comme l'endroit était isolé de toute civilisation, surtout en hiver, le moindre incident faisait courir les rumeurs les plus farfelues.

On a même prétendu que des pirates échoués sur l'ile avaient pratiqué le cannibalisme.

Il fallait aussi engager quelqu'un pour aider les naufragés. En plus cet employé devait pouvoir lutter contre les voleurs et les voyous de tout accabit pouvant s'aventurer là. Il fut très difficile de recruter quelqu'un pour ce sal boulot. Comment trouver un être charitable, un chrétien capable de faire peur?

Il fallait quelqu'un de très original et très astucieux. Ce fut finalement Louis Olivier Gamachequi se présenta comme le candidat tant recherché. Il venait de perdre son emploi. Mais il comprit vite qu'il fallait user de ruses pour ne pas se faire voler ou attaquer en étant si éloigné .

Il se rendit à Rimouski, demanda un repas pour deux à sa chambre. Il installa deux chaises autour de la table. Il reproduisit le stratagème le lendemain. Avec un système de batons et de cordes, il faisait claquer les portes et les fenêtres de sa chambre. La rumeur se répandit vite qu'il avait mangé avec le diable.

Il ne ménagea rien pour amplifier la légende. Vous en aurez une bonne description en cliquant sur le lien Louis Olivier Gamache Vous comprendrez aussi pourquoi on le prit pour un pirate ayant un pacte avec le diable.

Le stratagème a très bien réussi. Personne n'osait approcher sa demeure. Il aidait les naufragés qui pouvaient s'échouer non de là. Mais ces dernier ne restaient pas là longtemps.

Mais, la légende ne dit pas tout. Louis-Olivier Gamache aimait la solitude, la chasse et la pêche. C’est pourquoi il avait choisi d’habiter l’Île d’Anticosti en 1810. Si Gamache avait la réputation de parler avec le diable, il était en réalité un homme doux et bon qui riait des moyens qu’il avait employés pour construire sa renommée. (Histoires et culture générale du Québec)

Gamache mourut dans son sommeil en 1854. On le mit en terre sur les lieux de sa demeure. Mais des jeunes du coin, par bravade, ont déterré son corps à 3 reprises et mirent ses ossements devant l'église. La troisième fois, on prit les grands moyens pour régler définitivement la situation. On mit ses os dans un gros bloc de ciment.

On fit graver une inscription sur sa tombe aux frais des habitants de l'ile émus par l'histoire:

Ci git Louis Olivier Gamache
né à l'Islet en 1787, décédé en septembre 1854
Son épouse Catherine Lots décédée en 1845
et leur fille âgée d'un an.

Cette isle fut mon refuge
et j'y ai trouvé mon calme

Don des Anticostiens 1990


On entourra le tout d'une clôture comme pour protéger davantage le refuge paisible que Gamache avait si bien mérité. Chacun a droit à son intimité.



ÉPITAPHES célèbres:

Laissez-moi dormir,
j'étais fait pour ça
.
Francis Blanche

Nous avons été ce que vous êtes,
vous deviendrez ce que nous sommes.

Fronton du cimetière de Salles-du-Gardon

Passant, ne pleure pas ma mort.
Si je vivais tu serais mort.

Maximilien de Robespierre

Ci-gît Antoine, comte de Rivarol.
La paresse nous l'avait ravi avant la mort.
Rivarol

Ci-gît ma femme... oh ! qu'elle est bien.
Pour son repos et pour le mien.

Jacques Du Lorens

Ci-gît un fameux Cardinal
Qui fit plus de mal que de bien
Le bien qu'il fit, il le fit mal
Le mal qu'il fit, il le fit bien.

Proposé par Isaac de Benserade pour le Cardinal de Richelieu


11 commentaires:

Zoreilles a dit…

Ce billet est vraiment suave et j'ai particulièrement apprécié cette citation : « Donnez un cheval à celui qui dit la vérité. Il en aura besoin pour s'enfuir », c'est tellement trop vrai!

La caricature est pas comique et quant à l'ancêtre Gamache, je le trouve déjà sympathique d'avoir pensé à pareil subterfuge pour avoir la paix... Il mérite bien de l'avoir trouvée, pendant sa vie et après sa mort. Je me demande ce qu'il penserait des récents développements à Anticosti?

Bono dimanche!

Zoreilles a dit…

Oups, je voulais dire « la caricature est pas mal comique », il faut faire attention de ne pas sauter des mots si on veut se comprendre, surtout dans le monde virtuel, des fois, ça peut être délicat... Mais nous, on y arrive sans difficulté depuis bon nombre d'années, hihihi!

Barbe blanche a dit…

Merci Jackss, de me remettre en mémoire, l'histoire du vieux Louis Olivier Gamache.
il me fait toujours plaisir de lire
ses aventures.
Ingénieux le messieurs,je lui lève mon chapeau.
Zoreilles, je suis certain qu'il ferait appel à ses associés de l'autre bord du miroir.
Du bien bonnes entités.

Jackss a dit…

Hihi Zoreilles

Tu m'as bien fait rire. Je te jure, j'ai lu ton commentaire 4 fois avant de me rencontre de l'astuce: un tout petit mot oublié. Me faire par Zoreilles que je ne suis pas drôle, ça me semblait surréaliste, surtout que dans ton commentaire, il n'y avait rien pour nuancer ou préciser ta réaction.

Mais l'erreur en valait la peine car elle m'a fait bien rire.

Moi aussi j'adore ce proverbe arabe. Il est tellement révélateur de la réalité. Heureusement, il y a un nouveau style de politicien. Ex.: Régis Labaume, Denis Codére, Claude Legault...

Jackss a dit…

Barbe Blanche,

Ta culture m'épate. Ce monsieur Gamache était vraiment génial et original. Son histoire est captivante. Et il en existe beaucoup sur l'île qui gagne tellement à être connue au plan historique. C'est pourquoi je veux mettre un peu se soin pour le prochain billet.

Ce qui m'intéresse aussi, c'est qu'Anticosti est comme un trait d'union entre la Gaspésie et la Côté-Nord et les Îles de la Madeleine. Je rêve de continuer mes découvertes par des voyages en Gaspésie et aux Îles de la Madeleine. Ce seront probablement mes prochaines destinations.

Barbe blanche a dit…

Il y a depuis presque une vingtaine d'année, un projet de relier Anticosti à la Gaspésie et la Côte Nord, avec un lien maritime, qui accosterai à Havre Saint Pierre, Port Meunier et Grande Vallée.
Ce serait je pense, un bien beau voyage de découvertes.

Jackss a dit…

Barbe Blanche,

Ce serait génial! Il y aurait là un circuit sûrement très prometteur. En plus, les infrastructures sont déjà en place. Il y a déjà à Havre-Saint-Pierre un port capable d'accueillir les plus gros transatlantiques.

Mais j'ai peur que pour des raisons politiques on retarde le projet le plus longtemps possibles. Pour le Plan Nord, on a bouder la voie maritime qui était pourtant la solution la plus économique et la plus écologique. En 2008, on pouvait se rendre à Anticosti en traversier avec son auto. Cette option n'a pas été reprise en 2009.

Je trouve précieuse tout de même l'information que tu me donnes. Je vais la fouiller un peu.

Barbe blanche a dit…

Avec le pétrole, une partie de ce projet a refait surface.
C'était un projet de la famille Desgagné.

Jackss a dit…

C'est vrai?

Et bien en voilà une bien bonne, Barbe blanche. Qu'est-ce qui te fait dire ça? Je croyais que c'était du bien bon monde tout à fait dévoués à la Côte-Nord qui est un peu leur vache à lait.

Au moment de me présenter ici,je voulais y publier mon dernier billet. Il est prêt. Mais ce que tu me dis m'invite à ne pas aller trop vite.

Zoreilles a dit…

Que c'est intéressant de vous lire et de penser à ces projets pour relier ces régions entre elles et favoriser leur développement, en tenant compte de tous leurs potentiels...

Je crois que le Québec aurait un immense BESOIN de gens qui aiment le Québec dans son entièreté, dans toutes ses régions. Au lieu de ça, on manque de vision, on a la vue courte, on ne rêve plus à rien d'emballant, on ne pense qu'aux profits vite faits, aux pouvoirs. Ça manque de passion, d'émerveillement, de racines, d'authenticité, de projets mobilisateurs!

On peut bien s'ennuyer des années 70 et 80!

Cette campagne électorale en cours me désole : On s'insurge, on dénonce, on se bitche entre nous autres, on chiâle après les autres, mais quand est-ce qu'on se mobilise et qu'on travaille dans un objectif commun? Quand va-t-on trouver assez de passion pour notre Québec pour travailler de manière constructive?

Si j'étais toi, Jacks, même si ton billet est prêt à mettre en ligne, j'attendrais encore un peu, il faut laisser le temps au monde de lire celui-ci et d'y réagir.

Barbe blanche a dit…

Vois tu Jackss, il y aurait certaines modifications à apporté aux infrastructures portuaires, afin qu'elles puissent accueillir un traversier transportant passagers et voitures.
Ce projet datant d'une vingtaine d'année revient faire son tour, surtout, entre la Gaspésie et Anticosti pour le bon plaisir des pétrolières, pour leur facilité le transport des équipements.
J'ai lu cette nouvelle, sur un article du journal local , le Pharillon, article que j'ai chercher, avant de pondre ce commentaire ci, mais je ne le trouve plus.
Aurais je rêvé tout éveiller?
Surement pas.
Je continu mes recherches, et dès que je trouve, je viens t'en faire part.